Récemment, on m’a reproché de m’éparpiller, rapport à la campagne que j’ai lancée sur Ulule, concernant l’édition de livres. Ça m’a culpabilisée mais surprise aussi. J’aimerais bien vous éclairer à mon sujet. Si seulement je savais, moi-même qui je suis…

Je viens, en effet, de lancer une campagne qui peut-être en désarçonne plus d’un.

Mince ! Elle écrit, comment ça ?

Mais vous le saviez déjà ! Ce n’est pas un ghost-writer qui a écrit mes deux premiers livres et vous avez été nombreux à les aimer et à en redemander ! C’est ce que j’ai fait en vous montrant quelques extraits d’un livre écrit il y a longtemps, celui-là même dont je fais l’apologie dans mes articles précédents

J’ai toujours eu l’écriture en moi mais je n’en parlais pas, quelle importance? Je viens d’une famille où, enfant, rien de ce que j’étais ou faisais n’avait de valeur. Tout ça est si loin, je les en remercie même car ça m’a valu de gagner en force. Mais il fut un temps où j’avais beau accumuler les prix, ça ne comptait pas : c’était accidentel ou j’avais redoublé ou ma sœur en avait un de plus que moi. P… de prix de camaraderie ! 😄La reconnaissance, les encouragements, le soutien, quand on est un enfant, je l’ai appris bien plus tard, c’est primordial pour construire ou déconstruire sa vie d’adulte. J’ai fini par ranger mes rêves quelque part, dans un coin inaccessible de mon enfance. Seulement, maintenant que j’ai ouvert la boîte à Pandore, je ne peux plus la refermer, c’est comme un feu intérieur qui me ronge et me démange.

Mais alors, pourquoi la peinture ? Hé bien, je me suis jetée en elle comme d’autres entrent en religion : par désespoir. Moi, ce que je voulais, c’était gagner de quoi vivre, payer ma chambre d’hôtel et à manger pour mon chien. Alors, j’ai commencé à vendre des aquarelles maladroites dans le métro, aux abords des gares et dans la rue en pensant que je serais une anonyme au milieu de la foule. Je n’imaginais pas, alors, qu’un jour, un petit personnage me ferait sortir de l’ombre et que quelques uns d’entre-vous se souviendraient de cette fille avec son chien, un peu paumée, à qui vous aviez acheté une ou deux miniatures, soit au métro Concorde, Musée d’Orsay ou devant une gare de banlieue ou encore sur les pavés de Quimper. Ce qui est merveilleux avec la peinture, c’est qu’on peut mettre des mots sur des maux sans n’avoir rien à dire, sans que les gens le sachent ou s’en aperçoivent. Et c’est pour ça que, aussi longtemps que je vivrai, le dessin, la peinture seront gravés en moi et que j’y reviendrai toujours.☺

Écrire, c’est différent. On peut créer des intrigues, du suspens, parler d’amour ou de haine.  On invente des vies, on façonne des personnages, on peut faire mourir des gens, les ressusciter, leur faire dire ce qu’on veut, leur prêter de grands sentiments, en faire des victimes, des gentils ou des pourris avec, chaque fois, une infinité de nuances. J’ai écrit durant toute mon enfance, toute mon adolescence. Et quand on m’a dit: « va bosser », j’ai tout refermé avec un énorme sentiment de déception mais sans me battre, sans insister : je bégayais. J’étais une incapable, je ne valais rien et J’ai fait n’importe quoi pendant les neuf années qui ont suivi, m’acharnant à vouloir me détruire. Ça n’a pas marché, on s’en fichait, j’excédais tout le monde. J’avais 25 ans, pas un sou, plus de boulot, pas de chômage. J’étais si repliée sur mon nombril, si introvertie que j’ignorais que le RMI existait. Alors, j’avais peur, puisque rien ne marchait, ni suicides ni appels au secours, de crever la dalle ou de me faire interner, comme ma mère l’avait suggéré, lors d’une conversation surprise avec son compagnon. J’ai acheté des couleurs, trois, une feuille de papier et j’ai commencé à dessiner. Je n’ai plus jamais arrêté. La peinture était devenu mon radeau de survie

Auto portrait

.

Alors, peindre ou écrire, désolée, je ne peux pas ou plutôt, je ne peux plus choisir.

Ne m’achetez pas pour me faire plaisir ou par condescendance mais si vous trouvez que j’ai un peu de talent, merci d’y penser.

Lien de la campagne

Pour suivre l’actualité du blog, cliquez sur la petite enveloppe verte, en bas de l’article et entrez votre adresse mail. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment. 🙂

RSS
Follow by Email863
Facebook12325
Twitter
RSS
Follow by Email
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram