Après mon premier livre « Ma grand-mère de papier », conte onirique pour adultes, puis « l’histoire d’Olifant », conte pour enfants, que vous avez été plusieurs à avoir reçu, j’ai du mal à redescendre sur terre. En fait, plus les jours passent, au fil de vos billets concernant l’histoire de mon petit éléphant, plus j’ai mon petit cœur qui palpite et s’étourdit. Un peu la sensation d’avoir raté un train, quelque part, à un moment donné… Mais bon, j’en ai pris d’autres.
Vous pensez que je suis née, un pinceau à la main. Hé ben non! C’était un crayon 😄. Les cours que j’attendais avec impatience, ce n’étaient pas les cours d’Art plastique ( j’ai eu des 0 pointés durant toute ma scolarité) mais les cours de Français. Mes rédactions et devoirs étaient, la plupart du temps, lus en classe. Les choses de la vie ont fait que j’ai arrêté l’école après la 3eme et, de dépit, je n’ai plus jamais ouvert un livre. Sans diplôme, j’ai fait des tas de petits boulots. J’ai abordé la peinture, j’avais 25 ans. Et puis, un jour, il y a 17 ans, je n’ai plus eu le goût à peindre. Dès que je prenais un pinceau, mon cœur s’arrêtait, mes mains devenaient moites et mon cerveau en bouillie. J’ai donc ouvert des livres, et j’ai commencé à écrire. Au début, c’était pas ça, les mots étaient figés, oubliés. J’ai écrit, comme ça, pendant des années. J’ai arrêté quand j’ai écrit ma propre histoire. Au bout de 7 ans, pour me faire violence et m’obliger à peindre, j’ai repris un atelier au Guilvinec. La peinture, c’était comme les mots. Elle avait séché et ma main était rouillée. La suite, vous la connaissez. ☺️☺️☺️
On me demandait régulièrement un livre sur mes Bigoudenes. Quand j’ai annoncé, il y a quatre ans, que ça y est, j’allais écrire l’histoire de ma grand mère de papier, je ne savais pas encore comment j’allais m’y prendre. Les gens venaient dans l’atelier, surpris, dubitatifs : « vous allez écrire, vous? C’est nouveau, ça. Vous êtes peintre, pas ecrivain. Mouais… »
Avais-je besoin de parler des histoires que j’avais écrites au fil du temps et que je trimballe d’un ordinateur à l’autre quand le précédent me lâche?
J’avais le trac mais j’étais très bien entourée, j’avais les copines, et elles, elles ne lâchaient rien. J’étais donc « obligée » de rendre ma copie chaque soir. 😃 Et puis, j’ai eu la chance de croiser les routes de Brigitte et son frère, éditeur à la retraite, qui ont su me donner confiance et investir de leur temps pour me conseiller.❤️
Or, cet après-midi, poussée par la curiosité, j’ai rouvert mes dossiers « Écriture » datant de 2004, 2006, 2007, 2011 et je me suis dit pourquoi pas. Avant que je n’en ai plus trop le temps.
Je me souviens que ma mère, en visite alors chez moi, avait lu tout ce que j’avais pu lui imprimer, vissée à son fauteuil trois jours de suite. Tout juste si elle allait faire pipi. Elle avait été tour à tour pliée de rire ou me houspillant, avec véhémence, quand elle tombait sur des passages tristes.
Je vous en dirai un peu plus sur l’histoire que je voudrais vous proposer – j’ai plusieurs manuscrits, on dit plutôt tapuscrit non? – il faut que je mette de l’ordre dans mes notes, tout retaper : on voit mieux les lourdeurs et coquilles à corriger.
Ceux qui me connaissent savent très bien : je suis quelqu’un plutôt du genre à remarquer les défauts, à n’être jamais satisfaite…
Je dois vous avouer quelque chose : j’ai toujours peur, peur déjà de ne pas y arriver. Mais aussi et surtout, peur de l’échec, de décevoir… Si ça arrivait, j’irai hiberner dans une grotte, au fin fond du trou du cul du monde… 😮‍💨🥴😄 Afin d’éviter cette catastrophe, parce qu’une grotte, c’est quand même humide et sombre et pas très confortable sûrement, et puis une bête sauvage pourrait venir me manger, je ne proposerai rien qui ne me semble abouti…
_____________________

Pour suivre l’actualité du blog, cliquez sur la petite enveloppe verte, en bas de l’article et entrez votre adresse mail. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.🙂 ↘️
RSS
Follow by Email863
Facebook12325
Twitter
RSS
Follow by Email
Twitter
YouTube
YouTube
Pinterest
Pinterest
fb-share-icon
Instagram